Chut ! Je lis un livre !

Un roman haut en couleurs par Guillaume Musso – Un appartement à Paris

Cela vous arrive d’être tellement plongée dans une histoire, que vous ne vouliez pas la lâcher ?

C’est ce qui m’arrive généralement quand je commence un Musso. Et cela a été encore une fois le cas avec son dernier roman,

Un appartement à Paris.

A quelques jours de la sortie de son prochain romain, je me décide enfin à vous présenter mon avis sur son dernier roman. Il serait temps, cela fait presque un mois que je l’ai fini.

Et dire qu’il y a quelques années j’étais presque à critiquer Musso, à dire que ce n’était pas pour moi. Certes c’est bien loin de l’univers fantastique de Tolkien, d’Anne Robillard ou de Robbin Hobb. Mais mine de rien, je me suis bien faite avoir.

Je me suis faite prendre dans ses filets dès son premier roman que j’avais lu en ebook à l’époque (mon article sur > Le Skidamarink <). Et depuis je dévore ses romans avec appétits, en préférant la version papier aux ebooks.

Un appartement a Paris - Musso
Crédit photo : Surunpetitnuage

Il faut dire que ses romans sont très faciles à lire.

Le ton y est léger et agréable, ni trop guindé, ni trop relâché. L’histoire est toujours bien plus complexe qu’elle n’y paraît au début, même si on retrouve un schéma dans presque tous ses romans. Ce qui rend certains passages parfois un peu trop prévisible.

Mais mine de rien, si je râle (gentiment) sur ce point dans chacun de mes articles autour des romans de Musso. Cela ne m’empêche pas de continuer à les lire, comme quoi ce n’est pas si terrible que ça.

Article lié : A la recherche de la fille de Brooklyn avec Musso.

Un appartement à Paris

Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante.

Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. A la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des Etats-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.

L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspar décident d’unir leur forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.

Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

Qu’ai-je pensé de ce roman ?

J’ai tout simplement adoré. Je l’ai dévoré moins vite que La Fille de Papier, mais je pense que c’est en partie dû au format du livre. En effet, il me semble que le livre de poche vient tout juste de sortir. Mon chéri m’avait offert le format broché à Noël. Tellement magnifique, mais très lourd pour un broché, du coup assez compliqué à lire partout.

Le tout début de l’histoire est très sombre, on se demande ce qu’il va suivre. Et une fois la suite arrivée on se demande le rapport avec le début. Mais sur ce point je ne vous spoilerais pas et vous laisserais le découvrir par vous même.

L’immersion dans Paris, au niveau de Montparnasse m’a rendu nostalgique de mon boulot. Et oui, j’ai commencé ce roman dans les quelques semaines avant la fin de mon dernier contrat. Je ne pensais pas revenir dans le 14ème arrondissement avant un bout de temps. Et bien non, mais ça c’est une toute autre histoire qui ne rentre pas en compte ici (je m’égare beaucoup ce matin). Tout cela pour dire que je partais un peu pessimiste, me demandant si ce roman allait réussir à me surprendre. Et j’ai tout de suite été séduite, en même temps j’adore les romans dont une partie de l’histoire se déroule à Paris.

Article lié : Un nouveau lundi autour d’un livre.

Ça m’a donné envie d’en lire plus.

Immédiatement plongée dans l’histoire, je me demandais où cet appartement se trouvait, et s’il existait pour ce vrai. Pour garder le mystère, je n’ai toujours pas rechercher sur Google.

J’aime les romans dont une partie de l’histoire se déroule à Paris, cela me donne envie de découvrir un peu plus cette ville. Cette magnifique ville pour laquelle j’ai eu beaucoup de dégoût, à cause de cette masse de touristes beaucoup trop intensive, qui avait tendance à m’étouffer.

J’ai remarqué ce détail, lorsque je réfléchissais à ma revue sur Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, de Raphaëlle Giordano.

Article lié : Et si on apprenait à regarder ce qui nous entoure

Un appartement a paris - guillaume musso
Crédit photo : Surunpetitnuage

Une histoire qui tient la route.

Bon ok on est dans un roman, si cette histoire devait se dérouler dans la vraie vie ce serait juste extraordinaire. Mais après tout n’est-ce pas pour cela qu’on lit ? Pour s’évader, vivre des histoires et aventures qu’on ne vivrait pas dans la vraie vie (je ne parle pas des romans ou récits sur des faits réels bien sûr).

Comme dans tous les romans de Musso, l’histoire ne se déroule pas qu’à un seul endroit. Non on voyage dans divers pays avec les deux protagonistes qui se sont laissés embarqués dans une histoire qui va de rebondissement en rebondissement.

On s’attache rapidement aux deux protagonistes. On se demande ce qui va leur arriver, comment vont-ils réussir à résoudre cette affaire, ou plutôt ces affaires. Car comme toujours avec Musso, l’histoire principale cache en réalité une autre histoire beaucoup plus sombre.

« L’art est un mensonge qui dit la vérité … »

J’ai beaucoup aimé tout ce qui se cachait derrière tous ces rebondissements.

A chaque étape, on en apprenait un peu plus sur les protagonistes, ou sur les autres personnages de l’histoire. Sur leurs actes, et les motivations qui les ont poussé à faire ces choses …

Je me suis rapidement prise au jeu, en cherchant à deviner ce qui pouvait bien relier les personnages entre eux. Un passé commun ? Une connaissance commune ? Une passion commune ? Rien de commun, juste un hasard ?

Lectures du moment - Musso - Tolkien
Crédit photo : Surunpetitnuage

Donc en gros ?

En gros, j’ai adoré ce roman. L’histoire est extrêmement bien ficelée du début à la fin. On retrouve certaines caractéristiques et schémas de l’écriture de Musso, mais cela ne gâche pas l’histoire, au contraire, cela lui donne presque un côté rassurant.

Je n’ai pas encore lu L’appel de l’ange (c’est ma prochaine lecture), je ne peux donc pas faire de parallèle avec, même s’il semblerait qu’il y en ai. Mais par contre, j’ai retrouvé des schémas récurrents dans le rythme ou dans l’histoire même, avec La fille de Brooklyn et La fille de papier. Plus vers celle de Brooklyn d’ailleurs.

A la fin de ce livre, Musso dit qu’il a réalisé justement des clins d’oeil pour remercier ces lecteurs fidèles. Je trouve cela très intéressant comme manière de faire et assez drôle. Il est limite entrain de nous dire « Alors voyons voir si vous avez bien suivi toutes mes affaires passées dans mes romans ? »

Article lié : A la recherche de la fille de Brooklyn avec Musso.

J’ai également apprécié des clins d’oeil à l’histoire même sur ce livre.

Après avoir lu ce roman, cette magnifique couverture m’amène plusieurs questions  : la femme représentée est-elle une simple femme illustrant une couverture à la Musso ? Ou est-ce la Pénélope qu’a peint Lorenz dans sa vie ? Et serait-ce même un des portraits qu’il aurait réalisé ?

Et le clin d’oeil à l’affaire menée dans ce roman est clairement visible, avec le dessin du zèbre avec ce code. Code QR qui après avoir installé une appli pour le lire, renvoie au même message délivré dans l’histoire. J’ai adoré ce petit détail. Après l’avoir imaginé pendant de longues minutes en même temps que les protagonistes l’admiraient, le voici dessiner devant nos yeux.

En fait voilà c’est ça qui fait la réussite de ce roman : les petits détails.

Que ce soit les détails caractérisants les deux personnages entre eux ou même ensemble, que ce soit les détails de toutes ces histoires qui au final s’embriquent à merveilles, ou ces détails dans le livre. Tout se complète pour en faire une histoire qui vaut le coup d’être lue. On ne s’en rend réellement compte qu’à la fin, quand on analyse tous les évènements, tous les détails de l’histoire.

J’ai vraiment apprécié plonger une nouvelle fois dans un roman de Guillaume Musso. Et si vous hésitez à le lire, tenter. Il vaut vraiment le coup.

Par contre attention à la tendinite. Ce format broché n’était pas des plus simples à lire dans les transports, ou ailleurs. Un poids et un format assez imposants, qui ont fini par faire ressortir ma vieille tendinite du lycée.

un appartement a paris - revue litteraire - guillaume musso
Crédit photo : Surunpetitnuage.fr

Et voilà pour mon avis sur ce livre. Beaucoup de points positifs, beaucoup plus que je n’y attendais. Mais que voulez vous …

Ce n’est qu’un coup de coeur livresque.

Vous l’avez-lu ? Qu’en avez-vous pensé ?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à l’épingler sur Pinterest ♥

6 thoughts on “Un roman haut en couleurs par Guillaume Musso – Un appartement à Paris

  1. Je l’ai dans ma PAL, en poche !
    J’ai vraiment hâte de le commencer 🙂
    On a beau dire que c’est un auteur « populaire », un auteur de « gare », mais ses livres marchent, ils sont bien écrit et ils tiennent en halène jusqu’à la fin !!
    J’avais commencé par 7 ans après… de lui 🙂 !!

    merci pour ton avis et bisous :*

    1. Des romans de ce genre de temps en temps ne font pas de mal pour déconnecter. Et justement ce côté roman de gare rend la lecture beaucoup plus fluide que d’autre. C’est ce que j’aime chez lui
      Moi je ne l’ai pas encore lu 7 ans après. Mais il fait parti de mes prochains achats.

      Tu nous diras ce que tu en auras pensé sur ton blog j’espère ?

      Bisous ma belle.

  2. Coucou Virginie,
    En ce moment, je découvre de nouveaux ouvrages de développement personnel. Je viens de finir un thriller pas mal du tout de Patricia MacDonald « La fille dans les bois ».
    Bon weekend à toi 🙂

    1. Coucou Emy,
      moi aussi j’ai envie de m’acheter quelques livres sur le développement personnel en ce moment. Mais j’ai du mal à en lire dans le rer par rapport à leur format. et je ne lis que dans les transports maintenant :s
      Je vais m’essayer aux vrais thriller (autres que les gentillets de Musso) prochainement, peut être cet été 😉 Tu en auras un à me conseiller pour commencer en douceur ?
      Bonne semaine 😉

  3. Je lis tous les romans de Musso. Pourquoi ? J’en sais rien, c’est comme ça. On devient vite accro.
    J’ai réellement adoré celui ci ! Je trouve la fin magnifique !! Il reste mon préféré bien que je les aime tous.
    Par contre pour la première fois avec Musso, j’ai été déçue du précédent. La fille de Brooklyn.

    1. Ah bon qu’est-ce qui ne t’a pas plu dans La Fille de Brooklyn ? Moi j’ai assez aimé, mais j’y ai aussi retrouvé des éléments que je critique régulièrement dans tous les romans de Musso. Mais cela ne m’empêche pas de continuer de dévorer ses romans. J’aime beaucoup lire des romans de gare, c’est rapide à lire et surtout très facile à lire dans les transports en commun 🙂

      Passes un bon week-end ma belle, je m’occuperais de ta demande pour le tableau Pinterest dans les jours à venir 😉
      bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *