Du pop corn et un bon film

Kubo m’a fait renouer avec le stop motion

Salut mes petits chats,

Cela fait une semaine que j’ai envi de partager avec vous mon avis sur le film d’animation en stop motion :

Kubo – L’armure magique.

Je dois vous avouer que j’avais un peu peur avec le « stop motion » mais j’ai voulu jouer les curieuses. Et puis après tout j’ai décidé de sortir le plus possible de ma zone de confort, et ça comprend également les films ! Il faut que je teste de nouvelles choses, alors voilà j’ai retesté le stop motion.

Voyons voir ça.


Kubo - Affiche - Allociné
Allociné

SYNOPSIS :

Aujourd’hui je vous propose mon propre résumé, celui d’Allociné étant un peu trop fourni à mon goût.

Kubo est un jeune marionnettiste, qui à l’aide de ses personnages en origamis, raconte chaque jour les aventures palpitantes de son père, le meilleur samouraï qu’il existait. Mais ceci à une condition : il doit être retourné dans sa grotte chaque soir avant le couché du soleil avec sa mère, pour que sa famille maternelle ne le retrouve pas.
Et bien évidemment un jour, il tarde un peu trop et c’est à ce moment là que tout part en vrille. Dans sa fuite, il rencontre Monkey et Beetle, deux personnages hors du commun, qui vont l’aider dans son épopée pour retrouver l’armure magique.

Un résumé très court certes, et qui n’en dit pas beaucoup mais ce n’est qu’un synopsis ! Il faut bien que vous découvriez l’histoire en elle même … Déjà qu’elle est assez facile à comprendre, je ne vais pas tout vous mâcher ^^


CE QUI M’A POUSSE A ALLER VOIR CE FILM

A l’origine, je voulais aller le voir pensant que ce serait un film d’animation un peu dans la même trempe que Kung Fu Panda (sans les animaux).

Et quelques jours avant d’aller au ciné, mon chéri m’a dit que c’était un film en stop motion. Moi en grande curieuse, je lui demande ce que c’est « stop motion ». Sa réponse m’a laissé mi-figue mi-raisin : « des marionnettes mises en scène et prises en photo image par image, comme Wallace et Gromit« . Euh là j’ai bloqué ! Comment vous dire … Je suis loin d’être une fan du stop-motion, que ce soit Coraline, Wallace et Gromit … Je n’aime vraiment pas les marionnettes types pâte à sel comme le dit mon chéri.

Mais j’ai quand même voulu tenté le tout. J’ai décidé de sortir de ma zone de confort, comme je vous le disais, alors autant commencer par là ! Et puis, il y a aussi L’Etrange Noël de Mister Jack en stop motion d’après ses dires et lui je l’ai beaucoup apprécié, donc bon …

Du coup j’étais curieuse de me refaire un avis sur la technique du « stop motion », de voir comment serait réalisé le film. Et j’étais surtout curieuse de voir ce nouveau film d’animation sur la magie (oui j’aime la magie).

Kubo
Allociné

CE QUE J’AI AIME

Il y a vraiment beaucoup de choses que j’ai aimé, vraiment beaucoup ! Et j’en suis agréablement surprise, car comme vous avez pu le comprendre, je n’étais pas vraiment confiante en entrant dans la salle de ciné.

J’ai presque tout aimé ! Que ce soit la réalisation, les mises en scènes, les décors, les effets, la bande son, l’histoire … Et oui, il semblerait que j’étais bon public ce jour-là (en même temps c’était mon anniversaire et je me faisais une soirée en amoureux, donc j’étais contente ^^).

LE STOP MOTION

Commençons par ce que je craignais le plus : le stop motion.

Jusque là je n’ai jamais réellement apprécié les films en stop motion. Mes références en la matière étaient Coraline de Henri Selick, Wallace et Gromit de Nick Park et les Boxtrolls de Graham Anable, et L’étrange Noël de Mister Jack de Henri Selick également. Et je dois vous avouer que je n’aime pas du tout les 3 premiers, et le dernier est un peu à part en raison de l’univers. Dans ces films d’animation je n’aime pas du tout comment sont réalisés les personnages et parfois même les décors. Ça fait très pâte à modeler ou pâte à sel. Je n’aime pas cette touche que je trouve grossière, hormis dans Mr Jack.

Mais j’ai été agréablement surprise dès les premières minutes de Kubo. Les personnages étaient certes réalisés dans un style particulier, mais qui est loin d’être grossier. Bien au contraire, je le trouve réalisé tout en finesse et ça lui donne même un petit charme.

Le moment qui m’a rappelé le stop motion dans ce film d’animation est le passage avec le squelette gigantesque. Je vous passe les détails de l’histoire pour ne pas vous spoiler rassurez-vous ^^ Mais ce squelette m’a vraiment fait penser à un pantin qui anime avec des cordes au bout des bras … Et pour ne rien arranger, une des scènes du générique est justement la mise en place que de squelette titanesque et de ses mouvements. (J’étais ravie !) C’est vraiment agréable de voir dans le générique une partie des coulisses, du making off.

Kubo - Les 3 personnages
Allociné

LES DÉCORS

En général, je ne fais pas particulièrement attention aux décors dans des films d’animation. Mais là ce n’est pas possible de passer à côté. Selon les scènes on se sent presque happée dans l’écran pour participer nous aussi à l’action en cours.

Un vrai plaisir pour les yeux !

LES PERSONNAGES

En ce qui concerne l’image même des personnages j’ai été agréablement surprise, comme je vous l’ai dit. Je m’attendais à des bonhommes plus rondouillards que humanoïdes et je me suis bien trompée.

Les proportions sont assez bien respectées (enfin pour une histoire japonaise, il fallait bien aller avec le style ^^). Et ils sont très attachants. On se prend rapidement d’affection pour ce petit marionnettiste avec ses origamis (une allusion volontaire au stop motion ?) et sa petite guitare magique. Que ce soit pour son histoire, son passé, mais aussi bien celle présente tout au long du film.

DES ÉMOTIONS AU RENDEZ-VOUS

On se laisse rapidement prendre d’affection pour les divers personnages, et les décors ni trop ni pas assez aident à renforcer ce jeu des émotions.

Je ne vous parle même pas des séquences de combats qui sont vraiment épiques. On s’inquiète pour les personnages, on se demande comment ils vont s’en sortir … La tension est présente avec plus ou moins d’intensité à chaque épreuve pour découvrir l’armure magique et lors du combat final.

Ce film d’animation est rempli d’une poésie et de messages forts sur la famille et les valeurs, qui ne peuvent nous laisser insensible. Certes certains passages sont un peu naïfs (un peu trop ?) mais après tout c’est tiré d’un mythe et même s’il est japonais, tout mythe a une grande part de mystère. C’est aussi ce qui fait leur charme. Et ce n’est pas le titre original, qui va contredire ce point puisqu’il fait écho à un élément, à une valeur je dirais même très importante pour Kubo : « Kubo and the two strings« . Un titre qui a beaucoup plus de sens, d’importance et d’intensité quand on a vu, que l’armure magique ! Je vous laisse découvrir pourquoi par vous même.

Kubo - origamis
Allociné

CE QUE JE N’AI PAS AIME

DES RACCOURCIS DANS L’HISTOIRE

En sortant du ciné, mon chéri et moi n’avons pas pu résister à l’envie de partager notre avis sur ce film d’animation, nos ressentis … Et le premier point qui m’est venu à l’esprit a été une critique, majoritairement sur la dernière partie du film.

Je trouve que le combat final est beaucoup moins intense que tous les autres. SPOILER !!! Et nous avons également été déçu du peu d’intérêt qu’a eu l’armure dans ce combat final ! Au final elle n’est qu’un gadget, qui certes donne de l’importance sur une des valeurs mises en avant lors de ce combat (je ne vais pas tout vous dévoiler quand même ^^). Du coup nous avons vraiment été déçu par rapport au titre français, qui au contraire m’était l’accent sur cette armure : la trouvera-t-il ? L’utilisera-t-il ? Sera-t-il vainqueur ? … Plein de questions avant le film et une grande déception par rapport à cette fichue armure.

Franchement je ne vois pas ce sur quoi je pourrais râler. Il n’y a vraiment que la fin, qui ne m’a pas plut. Je m’attendais même à avoir une suite à ce film, mais en regardant sur Allociné il semblerait que ce ne soit pas en projet. Du coup je ne comprends vraiment pas cette fin, qui casse tout le rythme, toute l’intensité augmentée petit à petit lors des aventures des personnages.

Kubo affiche Allociné
Allociné

Et vous alors, vous l’avez vu ?

Qu’en avez-vous pensé ?

Et surtout que pensez-vous du stop motion ?

Je vous fais des bisous et vous dit à très vite ♥

Enregistrer

Enregistrer

3 thoughts on “Kubo m’a fait renouer avec le stop motion

  1. Coucou, ma belle.
    Ce film est une petite merveille, il nous a vraiment tous emballés.
    Pour ma part, j’ai bien aimé la fin, car je l’ai trouvée très subtilement préparée dès le noeud de l’intrigue ; je ne trouve pas que la scène du « super méchant » nécessite forcément un combat beaucoup plus spectaculaire, vu que c’est l’enjeu narratologique et sentimental qui prime ici.
    Et je suis d’accord avec toi pour le charme apporté par le retour à une technique qu’on pourrait penser dépassée (encore que Burton a prouvé le contraire il n’y a pas si longtemps).
    Bisous

    1. Oui je sais, mais je ne sais pas le combat final a été trop rapide. Pas vraiment en combat mais dans l’action même. C’est quand même censé être vraiment dangereux, vraiment important et au final pas plus que ça. Et le fait que la poésie du combat, toutes les valeurs du film, n’apparaissent que quelques secondes dans ce combat. Je pense que c’est surtout ça qui m’a chiffonné, j’aurais aimé que ça dure au moins quelques minutes, et surtout j’aurais aimé retrouver les pioupiou en origamis XD.

      bisous et merci de ton petit mot Adeline 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *